PHOTO 1 : © NIMA YEGANEFAR
PHOTO 2 : © POLINE RENOU







Sich zurückhalten an der Erde Keinen Schatten werfen auf andere Im Schatten der anderen leuchten (S'en tenir à la terre / Ne pas jeter d'ombre sur les autres / Luire dans l'ombre des autres)

Reiner Kunze



Silberdistel


Silberdistel, d'après le très court poème éponyme de Reiner Kunze, est, à l'instar de la langue de Kunze, une tentative d'épure musicale. À partir d'un seul poème comme le motif obsessionnel de l'imaginaire compositionnel, pour une seule voix, et pour une durée comprise entre 15 et 45 minutes (selon les variantes choisies), Silberdistel est aussi l'envie d'une extrême concentration du langage sonore, d'une densité et d'une mobilité que peut incarner la voix humaine.
Le corps, la gestuelle (tantôt libre, tantôt mise en partition également) portent la voix – et jouent avec elle des juxtapositions, contradictions, apparitions des sources multiples qui constituent les généalogies rêvées de l'écriture.

Onze pièces courtes, mais pouvant être redites (les reprises sont ad libitum), enchaînées dans tous les sens possibles (c'est ainsi que le cycle est multiple, et son propre contre-cycle), autour de ces quelques mots, tels les figures hypnotiques de quelque mantra germanique.





PHOTO : © DR





Silberdistel
Cycles et contre-cycles pour voix seule
(poème de Reiner Kunze)

Avec

Juliette de Massy, voix
Composition et regard extérieur de Martin Moulin



Création les 4, 5, 6 février 2016 au petit théâtre des Quinconces (Le Mans) dans le cadre du Festival les Nuits de la Voix